25 janvier

Mushroom Riot + NSDOS + FIXIN + Dance Me Deep + AaD

NEMO > Sors de ce corps

Arts et sciences, Performance

Christine Armanger et Justine Emard  : Dance Me Deep – prototype

Dance Me Deep – prototype est un projet de recherche sur les manifestations de l’inconscient, une plongée dans les profondeurs oniriques, un dialogue entre danse et technologies 3D. Le contenu de la pièce repose sur une collecte de matériaux nocturnes (rêves, cauchemars, mouvements) d’une interprète somniloque. Alors qu’un bras robotisé d’impression 3D va retranscrire ses rêves et cauchemars en objets, elle cherche à retrouver et écrire par la danse la trace de la nuit. Au fur et à mesure que les objets imprimés s’accumulent dans l’espace, le corps de l’interprète se retrouve inscrit dans la poétisation manufacturée de sa cartographie mentale. 

 

■ Elizabeth Saint-Jalmes et Cyril Leclerc  : Mushroom Riot

Mushroom Riot interroge notre relation au soin. Au travers de matières plastiques, sonores, scientifiques et poétiques, le projet questionne le pouvoir thérapeutique du champignon hallucinogène –le psilocybe cubensis. Aujourd’hui certains scientifiques-neurologues, psychiatres et chercheurs étudient l’efficacité du principe actif du champignon hallucinogène, la psilocybine, comme antidépresseur, anxiolytique et anti-addictif. Associé aux remèdes ancestraux, il se place comme une puissante alternative à la médecine officielle et aux industries pharmaceutiques. Mushroom Riot propose une plongée poétique, réflexive et contemplative dans le domaine de la médecine psychédélique. Cette « politique du champignon » dévoile également ses ramifications sur le site internet mushroomriot.org, plateforme d’échanges et d’informations.

 

Sylvain Darrifourcq  : FIXIN

Le mouvement transhumaniste espère augmenter nos capacités intellectuelles et physiques. Mais que se passe-t-il lorsqu’un artiste applique les progrès techno-scientifiques sur le corps d’un musicien ? FIXIN est une performance qui met en scène le corps d’un musicien « augmenté » par une multitude de moteurs et d’outils numériques. Sylvain Darrifourcq souhaite interroger la mécanisation du geste humain et l’humanisation de la machine.  

 

NSDOS &  Antoine Bertin : PROTOCELL

Protocell est une invitation à méditer sur la séparation que nous humains avons l’habitude d’établir entre le vivant et le non-vivant, l’intelligent et le non-intelligent, le déterminé et l’indéterminé.
La création se compose d’éléments simples: une voix guidant les auditeurs grâce à des écouteurs sans fil, des paysages sonores en son binaural immersif, une composition musicale exécutée en live.
La performance réserve pourtant une surprise de taille aux participants: la voix qui les invite à se mouvoir dans l’espace n’est pas la même pour tout le monde. Chacun reçoit des instructions différentes, amenant la foule à se découvrir et se reconfigurer sous l’influence d’un algorithme secret.
A la croisée de la marche sonore, du théâtre immersif et du clubbing, Protocell fait tour à tour prendre à la foule la forme d’un ballet de lucioles, d’une nage synchronisée, ou encore d’un ensemble de constellations.
Développée au palais de Tokyo dans le cadre du programme de résidence La Manutention.
Concept, Chorégraphie et Lumières : NSDOS et Antoine Bertin
Texte et Enregistrements Binauraux : Antoine Bertin
Musique : NSDOS

 

■ Xavier Boissarie  : Application à danser

Application à danser est un dispositif nomade pour amener chacun à composer sa danse à partir des gestes et déplacements du quotidien, pour les détourner, les accentuer, les transformer et composer une séquence chorégraphiée individuelle ou collective. Le projet s’inscrit dans une dynamique initiée dans les années soixante avec des pionniers comme George Brecht et Anna Halprin et portée actuellement par de nombreux chorégraphes comme Mylène Benoit, Jérôme Bel, Noé Soulier, Myriam Gourfink... L’objectif est d’amener la danse dans de nouveaux espaces, contextes et milieux : à l’école, au collège et au lycée, au musée, dans l’entreprise… 

 

Tout au long du week-end

RADIOBAL 

Fil rouge, chambre d’écho, salon radio permanent, boucle rétroactive et participative : la radio des Beaux-Arts s’installe au Générateur et fabrique en live, avec intervenants et spectateurs, la chronique des péripéties artistiques et scientifiques du week-end. Accidents, scories, aspérités et surprises : connectez-vous sur RadioBal et vivez l’épaisseur de l’événement amplifiée par les ondes radio. 

 

 

INFOS PRATIQUES

〓 Dates & Horaires 〓

Samedi 25 janvier à 19h

〓 Tarifs 〓

TR* : 8€ / TP : 12€

*intermittents, étudiants, demandeurs d’emploi

Billetterie

⚠ Le règlement sur place s’effectue uniquement par chèque ou espèces.

 

Accueil MENU
Facebook Instagram Vimeo Twitter Flickr