13 septembre 2014

Festival JERK OFF

Carte blanche

Danse, Performance

La carte blanche est une manière de créer la rencontre, d’impulser une dynamique de réseaux, de partager affinités et valeurs communes avec une manifestation francilienne. C’est tout naturellement que Le Générateur accueille pour la première fois le festival alternatif et pluridisciplinaire JERK OFF.

Pour sa septième édition, JERK OFF remet son esprit décalé au service de tous les arts et de la liberté d‘expression, et amène une reflexion autour de l’identité, du genre, du corps et des imaginaires sexuels.
JERK OFF invite au Générateur le chorégraphe Matthieu Hocquemiller et N.U COLLECTIF (Sébastien Lenthéric & Axelle Carruzzo).

↓        ↓

CAS_1 «WORK IN PROGRESS»
N.U COLLECTIF – Sébastien Lenthéric & Axelle Carruzzo
Performance

Cas_1 est un oratorio concertique autour de la figure d’un hermaphrodite et de la multiplicité des identités, entremêlant théâtre, concert, performance, et séquences visuelles à partir des oeuvres de Claude Cahun. 
Incarné par un seul comédien, la voix de Cas_1 est cependant plurielle. Elle est aussi portée par les musiciens et par les doubles vidéos du comédien qui envahissent le plateau. À travers une écriture multiple, nomade et éclatée, Cas_1 se cherche, se joue des références établies, se déconstruit, transforme son identité, la trouble, la rend impossible à classifier. Cas_1 s’attaque – comme Claude Cahun – à la libération d’un imaginaire alternatif plus large de ce qu’un corps masculin (ou féminin) seul peut révéler. 
À ce projet porté par le duo créatif composé par Axelle Carruzzo et Sébastien Lenthéric, viennent se greffer le comédien Mathias Beyler, le vidéaste et chef opérateur Cyril Laucournet, les écrivains Orion Scohy et Isabelle Sorente ou encore les musiciens de Labradore et le chercheur sonore Jean-François Blanquet, traitant ainsi la métamorphose par le prisme de media multiples tant réels que virtuels.

Pour Jerk Off, la performance CAS_1 « work in progress»  constituera une étape de création de CAS_1 dont la première est prévue en 2015 au Théâtre du Chai du Terral (Saint Jean de Védas).

 

(nou)
MATTHIEU HOCQUEMILLER
Danse

Ils-elles sont travailleurs du sexe, expérimentateurs des performances queer, chercheurs à l’université, post-féministes pro-sexe ; mais aussi comédiens, danseurs ou chanteurs lyriques. Et avec ces six personnalités artistiques réunies, Matthieu Hocquemiller compose la pièce (nou); un titre ambigrammatique où résonne l’écho du collectif et de ce qui noue des liens.
(nou) aborde le sexe. Et la danse. Le sexe et la danse. Entre eux : le corps en commun, mais qu’une tradition de la représentation chorégraphique a souvent noyé dans un brouillard d’euphémismes et d’évidences. Non sans audace, (nou) vient oeuvrer à rebours des raidissements de l’ordre moral, mais tout autant de la complaisance des expressions commerciales du sexe, et autres provocations hâtives.
Dans le corps entre sexe et danse, Hocquemiller désigne ce qui déborde l’individu vers le collectif, l’altérité et la construction d’imaginaires sexuels alternatifs et contemporains.

 

INFOS PRATIQUES

MATTHIEU HOCQUEMILLER

Mattieu Hocquemiller a suivi une formation professionnelle au Centre des Arts du Cirque à Montpellier puis en danse. Il a travaillé comme interprète, danseur et acrobate. En 2005, il a créé la compagnie À contre poil du sens à et se consacre alors à la chorégraphie en créant, notamment, Bonnes nouvelles, Jusque là et Post Disaster dance.
Conjointement il fait actuellement un mémoire de recherche à l’EHESS dans le cadre du département Genre Politique et Sexualité. Il se passionne également pour l’image, se forme à la vidéo et aux outils numériques à l’École des Gobelins à Paris. Il intègre l’image à ses projets chorégraphiques et travaille à des installations et courts métrages.
Sa volonté artistique est d’interroger le corps dans une époque et de chercher une esthétique de nouveaux engagements. En 2013 et 2014, il danse comme interprète pour Alain Buffard.

Lien

N.U COLLECTIF

Sébastien Lenthéric, metteur en scène, comédien & performeur, se forme au conservatoire de Montpellier puis à l’E.R.A.C (École Régionale d’Acteurs de Cannes). En 2001, il s’associe avec Corinne Nguyen-Thanh (photographe) au sein du N.U collectif, groupement d’artistes consacré essentiellement aux arts vivants et aux arts plastiques (photos, dessins, installations…), dont il est le principal animateur. En 2009, il crée Tête de Nuit, spectacle pluridisciplinaire où marionnettes, animations, performances & jeu se mêlent pour interroger le personnage à part entière de Bruno Schulz.
Axelle Carruzzo, metteur en scène, plasticienne et scénographe s’est formée à l’école des Beaux Arts de Montpellier.
Depuis plusieurs années et dans la continuité de son travail personnel qui entremêle dessins, vidéos, photographies & installations, elle s’engage dans des projets collectifs y trouvant là matière à poursuivre ses recherches sur le singulier & le groupe.

 

Pour Jerk Off, la performance CAS_1 « work in progress» constituera une étape de création de CAS_1 dont la première est prévue le 27 février 2015 au Théâtre du Chai du Terral à St Jean de Védas (34430).
Lien

JERK OFF

Pour sa septième édition, JERK OFF remet son esprit décalé et festif au service de tous les arts et de la liberté d’expression. Alternatif et pluridisciplinaire, JERK OFF témoigne de la diversité des cultures queer et interpelle au-delà de son univers d’origine avec cette année des événements programmés à Paris mais aussi au Pavillon Vendôme à Clichy, à la Panopée à Vanves et au Générateur à Gentilly. JERK OFF propose ainsi à tous les publics des découvertes artistiques aussi variées qu’exigeantes. C’est ainsi que tout au long de trois semaines d’événements, chorégraphes, artistes de cabaret, musiciens, photographes, auteurs et performeurs présenteront leurs créations en exclusivité parisienne à l’occasion du festival.

 

Avec le chorégraphe Matthieu Hocquemiller qui reprendra sa pièce (nou) dont la première a eu lieu au festival Montpellier Danse, et la première rétrospective de la photographe et vidéaste Dorothée Smith, le festival invite à une réflexion autour de l’identité, du genre, du corps et des imaginaires sexuels alternatifs. Tout comme le collectif N.U avec son oratorio concertique sur la figure d’un hermaphrodite à partir des œuvres de Claude Cahun, CAS_1. Avec deux cabarets pour deux propositions différentes, le festival invite le chorégraphe belge Thierry Smits et son déluré Cocktails et met le féminisme à l’honneur avec Lydia Lunch en invitée d’honneur pour un K-Barré Apoca-Lipstick (première française). Côté concert, Ebony Bones enflammera le Social Club dans le cadre d’une soirée pensée en complicité avec nos amis de La Culotée. Sans oublier le chorégraphe Guillaume Marie (qui présentera Nancy pour la première fois en France), Viviana Moin et une forme mutante du Minotaure 75 mais aussi Camille Ollagnier qui livrera un récit de la masculinité sous forme d’opéra dansé en solo et Valérie Thomas qui relit et déconstruit le mythe de Cassandre.

Et pour clore cette édition, JERK OFF s’associe à la House of Moda pour une soirée haute en couleurs et décalée, placée sous le signe de la nudité avec un set de Tim Paris et de nombreuses performances.

Du 12 au 27 septembre – http://festivaljerkoff.com

 

Retour en images

Presse

Crédits photo : (nou) © Alexis Lautier, cas_1 © Caruzzo & Lenthéric
Accueil MENU
Facebook Vimeo Twitter Flickr