23 mars > 13 avril 2013

3 en UN / 3 artistes 3 lieux

Carlos Kusnir

Exposition

Après une première édition en 2012 de l’exposition 3 en UN axée sur la sculpture, le Générateur a le plaisir de présenter du 23 mars au 3 avril Carlos Kusnir.

En 2013, 3 en UN maintient cette idée d’une exposition-parcours qui se développe sur trois centres d’arts de la banlieue sud de Paris : Claude Faure à la Maison d’Art Contemporain de Chaillioux, Julien Creuzet à l’Espace d’art Camille Lambert et Carlos Kusnir au Générateur. Interroger les frontières entre peinture et sculpture, questionner la limite entre une installation et un accrochage, autant de réflexions abordées dans ces trois expositions personnelles.

Lieux associés

  • Exposition de Julien Creuzet à l’Espace d’art contemporain Camille Lambert. Vernissage Samedi 23 mars à partir de 18h
  • Exposition de Claude Faure à la Maison d’Art Contemporain Chaillioux. Vernissage Samedi 6 avril de 14h à 20h

Parcours en bus de 3 en UN / 3 artistes 3 lieux

  • Samedi 6 avril de 13h à 18h
    13h : Départ Place d’Italie, devant le Centre commercial Italie 2, Paris 13
    13h30 : Visite de l’exposition au Générateur, Gentilly
    15h : Visite de l’exposition à l’Espace d’art contemporain Camille Lambert, Juvisy-sur-Orge
    16h30 : Visite de l’exposition à la MACC, Fresnes
    18h : Arrivée Place d’Italie, devant le Centre commercial Italie 2, Paris 13
    Inscriptions à la Maison d’Art Contemporain de Chaillioux – participation 5€

 

INFOS PRATIQUES

Vernissage le samedi 23 mars de 18h à 21h
Horaires d’ouverture : du mercredi au vendredi de 13h à 18h, les samedis et dimanches de 15h à 19h. Entrée libre

 Évènement facebook

Biographie de Carlos Kusnir

2013 : Galerie Bernard Jordan, Zürich
2011 : Galerie Bernard Jordan, Paris
MACC (Maison d’Art Contemporain Chailloux), Fresnes.
Galerie Bernard Jordan, Zürich
2009 : Musée régional d’art contemporain, Sérignan
2007 : Galerie Chez Valentin, Paris
2006 : Drac Paca, Aix-en-Provence. Frac Basse-Normandie,
Caen
Expositions collectives (sélection) :
2007 : Diablotins, Frac Basse-Normandie, Caen. Les
temps modernes, collection Frac Bretagne, domaine de
Kerguéhennec, Bignan. One, Galerie Mica, Rennes
2005 : Ultra-max, Chez nous, Lyon. Looping, Frac Auvergne,
Clermont-Ferrand. À fleur de peau : le dessin à l’épreuve,
Galerie Éric Dupont, Paris
Né en 1947
Vit et travaille à Marseille-Paris
Carlos Kusnir est représenté par la Galerie Bernard Jordan.

Pierre Wat parle de Carlos Kusnir

Pierre Wat parle de Carlos Kusnir :

«Le principe de contradiction»

« Carlos Kusnir s’appuie aujourd’hui sur les techniques de l’estampe, lithographie et offset, pour donner à sa peinture une nouvelle impulsion du côté de cette invention qui a toujours été son moteur et sa quête.

Ainsi, sur des grandes lithographies qui tels des modules se regroupent dans des ensembles où leurs places semblent permutables, des représentations d’objets ordinaires (pinces à linge, balais, singe en peluche…) dialoguent avec des motifs ornementaux (murs de briques, formes évoquant certains papiers peints…), couche sur couche, les objets, reproduits en offset, servant ici de fond, et les motifs, en litho, venant s’y poser à la façon de rehauts qu’un peintre adepte de la transparence viendrait délicatement rajouter.

Ainsi regroupées, ces feuilles organisent des figures, des sortes de vastes fresques murales d’un genre singulier car, ici, chaque feuille, préalablement perforée aux quatre angles d’un trou discret, est non pas collée au mur ni même à sa voisine, mais clouée au support de telle façon qu’elle conserve sur celui-ci son autonomie et sa capacité à s’enrouler légèrement sur elle-même, au gré des variations de l’hygrométrie et de la température ambiante. Si l’on songe au début à un mur de briques, sans doute du fait même des motifs que l’artiste emploie, c’est, face à ces constructions faussement fragiles, l’idée d’un montage sur le mode du tuilage qui bientôt s’impose, car Kusnir dispose ses feuilles non pas les unes à côté des autres, ni même bord à bord, mais en faisant légèrement déborder la feuille du dessus sur celle du dessous, comme si quelque jupe venait avec légèreté se superposer à une autre. Précisément accrochées, les oeuvres paraissent glisser, vers le bas comme vers le haut, épousant sol, mur, cimaise et plafond au gré de leur fantaisie nomade. Il y a, chez Kusnir, une sorte d’érotique de l’accrochage (…) qui fait du lieu, une étreinte caressante et musicale. »

Téléchargez le communiqué :
3en1-Invitation -A5-H-V4.indd

Photos de l’exposition sur flickr

Accueil MENU
Facebook Vimeo Twitter Flickr