04 janvier 2010

Dans le cercle du Chaman

Ensemble Zellig

Concert, performane

Concert rituel pour cinq interprètes en mouvement

( flûtes, clarinettes, violoncelle, sonnailles, voix et corps)

Le Générateur accueille l’ensemble Zellig pour un concert qui réunit des œuvres de compositeurs d’aujourd’hui.

Chacune est comme une invitation à une écoute caractérisée par le mouvement.

Mouvement et déplacements des musiciens qui réactualisent la poétique et l’architecture sonore des œuvres de Stockhausen et de Pécou.

Mouvement interne à l’écriture musicale avec Still motion de la japonaise Murakami ou New-York counterpoint de l’américain Steve Reich.

À travers ces différentes approches du phénomène vibratoire, ce concert-rituel se déroule comme la traversée du rêve d’un chaman, tel un constant aller-retour entre ancrage terrestre et sphères célestes et cosmiques.

Les solistes de Zellig, curieux d’expérimentations et de croisements présentent à l’occasion de ce concert une avant-première des « Nocturnes  d’Afrique », création multidisciplinaire d’improvisations à partir de musiques traditionnelles d’Afrique. Participent à cette proposition des artistes issus du chant et de la danse.

Œuvres présentées :

Le rêve du Chaman de Thierry Pécou

Still motion de Akiko Murakami

New York counterpoint de Steve Reich

Tierkreis (extrait) de Karlheinz Stockhausen

Sequenza de Luciano Berio

Les chemins de Jérusalem de Ph. Hersant

Manoa de Thierry Pécou

Nocturnes d’Afrique( extrait en avant-première) : une création collective sur des textes d’Alain Mabanckou

 

Les interprètes de l’ensemble Zellig :

Etienne Lamaison, clarinette, Silvia Lenzi, violoncelle, viole de gambe, Anne-Cécile Cuniot, flûte

et les artistes invités : Anne Dreyfus, danse et Carole Hémard, chant
Ivan Morane, création scénographique et lumières

L’ensemble Zellig

Ensemble à géométrie variable, Zellig s’est constitué à sa création, autour du compositeur et pianiste Thierry Pécou, et réunit des solistes renommés, tous chambristes passionnés, friands d’aventures et d’explorations musicales.

Pourquoi Zellig ? Dérivé de l’allemand selig, « bienheureux », le terme fait allusion au personnage caméléon du film Zelig de Woody Allen. Pour rappeler l’aisance des musiciens à voyager à travers les époques et les différents univers musicaux.

Pour cette raison Zellig privilégie ainsi les échanges entre les cultures et parcourt le monde à travers l’imaginaire de nombreux compositeurs qu’il inscrit à ses programmes : José Manuel Lopez Lopez, Claude Vivier, Edmund Campion, Gerald Shapiro, Gabriela Ortiz, Atsuhiko Gondaï, Akiko Murakami, Philippe Leroux, Philippe Hersant…

Au cours de ses activités, Zellig croise la route d’artistes de toutes disciplines comme les pianistes Alexandre Tharaud et David Greilsammer, le hautboïste François Leleux, la chorégraphe Karine Saporta, le poète Paul de Brancion, le comédien et metteur en scène Ivan Morane ou le plasticien Jean-François Boclé.

L’ensemble se produit en France – à Radio France, à l’Auditorium du Louvre, à La Criée à Marseille, aux Scènes Nationales d’Albi, Tarbes et Foix, à l’Arsenal de Metz – et dans des festivals prestigieux : Présences de Radio-France, Musica à Strasbourg, Automne en Normandie, les 38ème Rugissants à Grenoble, Dias da Música de Belém à Lisbonne, Mai Musical de Xalapa au Mexique, Festival de musique contemporaine de Quito, ainsi qu’en Italie, en Espagne, en Colombie et en République Tchèque.

Ses nombreux enregistrements (Passeurs d’eau, Outre-Mémoire, Temps iX Jaguar) ont été récompensés par la critique : Diapason, Le Monde de la musique, Classica.

Accueil MENU
Facebook Vimeo Twitter Flickr